Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2008

9 MAI 2008

374684168.JPG

11/04/2008

Editorial de Pierre Vial

A qui profite le crime ?

par Pierre Vial

C’est, encore et toujours, la bonne question lorsque éclate, une fois de plus, une affaire aussi sordide que la profanation de la nécropole militaire de Notre-Dame-de-Lorette, près d’Arras. Nécropole impressionnante, où les interminables rangées de tombes rappellent à ceux qui l’oublieraient la folie meurtrière des deux guerres mondiales. Ici reposent des gens tombés pour leur terre, d’autres pour une terre qui n’était pas la leur et qui, de ce fait, ont été doublement des victimes : victimes de la grande boucherie et victimes d’une idéologie jacobine qui mêlait, en fonction des besoins de chair à canon, des hommes qui n’avaient pas les mêmes racines et dont, par conséquent, la patrie (la « terre des pères ») n’était, de fait, pas la même. Tous les mensonges officiels n’y feront rien : les Africains et Asiatiques importés par la République pour être jetés et sacrifiés dans des guerres absurdes qui ne les concernaient en rien, sont morts pour rien. Mais ils sont morts, sans doute sans toujours comprendre pour quoi, et ceux qui ne respectent pas les morts, tous les morts, ne méritent aucune pitié, aucun pardon tant leur bassesse d’âme est totale. Pourquoi agir ainsi ? Et qui agit ainsi ? Des individus qui, à l’évidence, sont des débiles manipulés, comme on en trouve facilement pour toutes les provocations. Mais la vraie question est : au service de qui et de quoi ? Au moment où la question de l’identité nationale est posée avec de plus en plus d’acuité, où beaucoup s’activent pour nous expliquer que l’avenir de la France et de l’Europe passe par l’africanisation, on peut se poser quelques questions sur l’exploitation d’une émotion justifiée après de tels actes. Les bonnes questions. Les réponses étant faciles à trouver.