Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2007

Exposition : L'or des Thraces


medium_Sans_titre11.JPG

Dans le cadre de ses activités culturelles identitaires, la Bannière d’Ile de France de Terre et Peuple a organisé une visite de l’exposition « L’or des Thraces » se tenant au Musée Jacquemart-André. 

 

medium_thracasque.jpg

La civilisation thrace au cœur de la civilisation européenne.           

Présents dans la Péninsule balkanique, entre le Danube et la Mer Egée, les Trhaces ont développé une civilisation brillante depuis le IIème millénaire avant Jésus-Christ, jusqu’aux invasions « barbares » des premiers siècles de notre ère. Ils ont joué un rôle majeur dans la constitution de la civilisation européenne, comme l’atteste la magnificence des objets exposés et les images dont ils sont porteurs.

  

Quatre trésors exceptionnels.           

medium_panarhyton.2.jpg

 La riche présentation proposée par le Musée Jacquemart-André met en lumière quatre des trésors thraces les plus fameux : les trésors de Rogozen (fin du Ve  siècle – milieu du Ive siècle av. J.-C.), de Borovo et de Letnitsa (Ive siècle av. J.-C.), de Panagurishté (fin Ive – début IIIe siècle av. J.-C.), selon le nom du village des découvertes.

Ils ont été sélectionnés en mettant l’accent sur l’époque la plus brillante, celle des dynastie royales thraces (Vie siècle – IIIe siècle av. J.-C.).

Ils comprennent des bijoux, des éléments de vaisselle d’apparat, d’armement ou de harnachement, conservés dans les musées de Bulgarie. Deux de ces trésors sont présentés dans leur intégralité.

 

Splendeur des objets exposés.

 

medium_rog20.3.jpgL’exposition révèle la virtuosité d’un peuple d’orfèvre, qui atteignit la perfection au cours de la période des dynasties thraces.

Les objets présentés sont, au-delà de leur richesse décorative, les témoins émouvants d’une civilisation particulièrement brillante.

 

 

 

Enchantement des âmes.
 

Dans un monde devenu prodigieusement laid l’exposition « L’or des Thraces » répond à l’un des objectifs de la formation Identitaire Européenne, qui est d’enchanter les âmes, spécialement en renouant avec notre patrimoine européen. Car, pour citer l’écrivain Guy Dupré, lorsque la mémoire devient l’objet d’une prescription, que tout appelle commémoration, le passé qui nous a faits ce que nous sommes est à jamais aboli : subsistent un regret, un remords, un repentir. Or, l’avenir appartient à ceux qui ont la mémoire le plus longue (Friedrich Nietzsche).  

   

François 

medium_IMGP0009999.JPG

 

 

Les commentaires sont fermés.